L’assurance habitation couvre-t-elle les colocataires ?

Le fait de loger des colocataires ou des pensionnaires a des effets variables sur votre assurance de propriétaire selon votre compagnie d’assurance et votre mode de vie. De nombreux facteurs doivent être pris en compte, c’est pourquoi il est conseillé de contacter votre compagnie d’assurance avant de louer cette chambre supplémentaire.

Bien entendu, le fait d’appeler votre compagnie d’assurance pour lui poser des questions sur les assurances habitation en cas de colocation peut les renseigner sur vos projets, mais il est plus sûr d’être ouvert avec votre compagnie d’assurance pour éviter qu’elle ne rejette votre demande ou n’annule votre police.

Mais avant de passer cet appel, passons en revue quelques points de discussion pour vous assurer de poser les bonnes questions et d’obtenir la meilleure offre.

En général, l’installation d’un colocataire n’a pas d’effet sur votre police d’assurance habitation, à condition que vous viviez sur place. La plupart des compagnies d’assurance exigent ou conseillent également que le colocataire ou le pensionnaire souscrive sa police d’assurance locataire, car leurs biens ne seront pas couverts, mais à part cela, rien d’autre.

Les facteurs suivants sont plus spécifiques et varient beaucoup d’une société à l’autre

Nombre de colocataires/conseils d’administration

Le fait d’avoir un ou deux colocataires n’a généralement aucune incidence sur votre police d’assurance ou votre prime, néanmoins, tout nombre supérieur à deux est un jeu de balle différent. La plupart des compagnies d’assurance réagissent à cette situation en augmentant votre prime, tandis que d’autres peuvent refuser votre renouvellement une fois que votre paiement est épuisé.

Toutefois, cela conduit rarement à l’annulation de la police d’assuranceou au refus de demandes d’indemnisation, quel que soit le nombre de colocataires. En général, les compagnies d’assurance sont indifférentes à ce que vous louiez vos chambres, mais le chiffre magique est de deux, au-delà duquel elles commencent à être sensibles.

Relation avec les colocataires

Si votre nouveau colocataire est un membre de la famille ou un conjoint, cela change légèrement la situation, selon la proximité de votre domicile. Si vous avez une grande confiance en votre colocataire et qu’il fait partie de votre famille, vous pouvez l’inscrire sur votre assurance habitation et lui faire payer une partie de la prime, comme pour tout autre service public.

Cela vous permettra d’économiser de l’argent, car ce sera moins cher que de prendre des polices d’assurance séparées. Néanmoins, l’argent économisé a un coût différent, le risque. Il est très déconseillé de faire confiance à la personne en question. Pourquoi ? Eh bien, en cas de sinistre, les chèques vont à tous ceux qui figurent sur la police d’assurance.

En règle générale, toute personne qui n’a pas d’intérêt assurable dans la maison ou qui pourrait avoir des difficultés à vous verser l’argent réclamé, surtout si elle n’y vit pas, ne devrait pas figurer sur la liste des assurés nommés.

Autres questions et conseils

Un bail écrit est parfois très utile lors d’une réclamation

Si vous avez un contrat de location écrit avec votre colocataire, votre compagnie d’assurance est généralement tenue de couvrir les frais de location, surtout si vous l’avez informé de votre nouveau mode de vie et du nombre de pensionnaires et de colocataires que vous avez.

L’assurance des locataires de votre colocataire est très importante. Pourquoi ?

Lors d’un sinistre, les biens de votre colocataire ne seront pas couverts par votre assurance de propriétaire. Vous pourriez faire figurer leurs biens sur votre assurance, mais cela équivaut à une fraude et peut entraîner le rejet de votre demande ou la résiliation de votre contrat avant même qu’une demande ne soit présentée. Bien entendu, si votre colocataire figure sur la liste des assurés, vous êtes autorisé à faire figurer ses biens sur la police d’assurance, sinon il devra souscrire sa propre assurance locataire pour protéger ses biens.

Assurance de vos biens dans l’espace de vie de votre colocataire

C’est un fait très important à clarifier auprès de votre compagnie d’assurance. Dans la plupart des cas, les biens situés dans l’espace de vie de votre colocataire ne sont pas couverts, surtout en cas de vol. Ainsi, par exemple, vous avez installé le sèche-linge dans sa chambre et il part avec quand il déménage. Ce n’est pas considéré comme un vol et il n’est pas assuré. Seules les choses qui se trouvent dans votre logement sont couvertes par votre police d’assurance.

Tout vol dans l’espace de vie de votre locataire, qu’il soit commis par votre locataire ou non, ne sera pas couvert. Cela crée une importante zone d’ombre qui diffère d’une entreprise à l’autre. Les espaces partagés comme la salle à manger, la cuisine ou le salon sont généralement un sujet de dispute, surtout avec les entreprises qui aiment crier au règlement des sinistres.

Conclusion

La location de chambres dans votre maison est une excellente source de revenus supplémentaires et peut réduire les pressions financières liées aux paiements de l’hypothèque et des services publics. Néanmoins, au-delà des facteurs évidents à prendre en compte tels que la sécurité et la vie privée, un facteur majeur souvent négligé est l’assurabilité.

Grâce à ces conseils et astuces, vous êtes prêt à passer ce coup de fil à votre compagnie d’assurance et à obtenir toutes les informations nécessaires pour éviter les futurs ennuis. Il est nécessaire et conseillé de clarifier chaque détail. Vous ne voulez pas que votre demande soit rejetée à cause d’un détail apparemment sans importance.